Cap-parrainage Seine-et-Marne (77)


Présentation Générale


L’interview de Vincent Eblé, Président du Conseil général 77

(JPG) Sénateur de Seine et Marne

En quoi le réseau Cap-parrainage s’inscrit-il dans la politique du Conseil général ?

Cette initiative s’inscrit pleinement dans la stratégie définie par le Conseil général de Seine-et-Marne dans son programme départemental d’insertion et de lutte contre les exclusions. Rapprocher le secteur économique et les acteurs de l’emploi est un objectif majeur. L’une des forces de Cap-parrainage réside dans sa souplesse. Au-delà d’une méthodologie rodée et éprouvée, ce réseau sait s’adapter aux besoins et réalités du territoire. C’est essentiel en Seine-et-Marne, compte-tenu des fortes disparités locales.

Pourquoi le parrainage est-il particulièrement adapté aux bénéficiaires du RSA ?

Pour de multiples raisons ! Les bénéficiaires du RSA représentent un public très isolé. Le simple fait de rencontrer le directeur d’un établissement ou le DRH d’une entreprise sans que l’enjeu soit directement d’intégrer l’entreprise est très valorisant pour eux. De plus, ce sont des professionnels expérimentés qui ont investi le champ du parrainage. Le réseau les porte et leur montre qu’ils sont en capacité de retrouver un emploi. Je crois en la réalité des compétences des chercheurs d’emploi.Ils ont des savoir-faire, des compétences à apporter aux entreprises et que l’expression de leur potentiel professionnel est surtout une question de méthode. Nous sommes déterminés à agir pour qu’il le soit davantage !

Quel regard portez-vous sur l’engagement des entreprises ?

Depuis plus cinq ans, 60 entreprises et 90 parrains sont volontaires pour accompagner des bénéficiaires du RSA. Cette dynamique territoriale est le résultat d’un engagement durable de la part des entreprises et parrains prenant sur leur temps personnel pour mobiliser leur expertise et leur réseau à la recherche de solutions pour les publics que nous accompagnons.

Leur engagement volontaire est motivé par l’expression de valeurs citoyennes mais aussi par une réelle volonté de faire progresser leurs méthodes de recrutement, dans une relation « gagnant/gagnant ».

Rien n’obligeait les entreprises à prendre ces engagements, si ce n’est leurs propres convictions, et je me réjouis de voir que l’engagement citoyen est une valeur qui ne s’éteint pas chez les entrepreneurs seine-et-marnais. La dimension humaine et locale du parrainage les mobilise, et c’est une très bonne nouvelle pour notre département

Quel bilan tirez-vous de ce réseau ?

Depuis plus de cinq années, ce réseau démontre tout son intérêt. Les résultats sont très encourageants : 65% des bénéficiaires du RSA retrouvent un emploi durable ou une formation qualifiante grâce au parrainage !

Il démontre également que l’implication conjointe des professionnels de l’accompagnement, des référents des associations d’accompagnement vers l’emploi et des travailleurs sociaux des Maisons départementales des Solidarités au côté des animatrices en charge de mettre en oeuvre ce réseau sur les bassins d’emploi est un élément déterminant dans la réussite de cette initiative départementale pour l’emploi.

Enfin, c’est pour le Conseil général une opportunité de plus de rencontrer le monde de l’entreprise et, au-delà, de développer des liens toujours bénéfiques pour l’insertion des publics bénéficiaires des minima sociaux. C’est également une façon alternative d’assurer l’insertion professionnelle , tout en créant une réelle dynamique sur notre territoire.

Chiffres-clés

50 000 bénéficiaires sont concernés par le RSA en Seine-et-Marne • 1/3 de ces bénéficiaires sort chaque année du dispositif RSA • 65 % des bénéficiaires parrainés trouvent une solution professionnelle durable.  


Membres du réseau