Bénéficiaires du RSA, Comment développer de nouvelles coopérations avec les entreprises ?


Bénéficiaires du RSA, Comment développer de nouvelles coopérations avec les entreprises ?

(JPG) « Certains départements considèrent que seul le paiement des allocations individuelles de solidarité les concerne, pas le Conseil général de Seine-et-Marne. » Vincent Éblé, Président du Conseil général de Seine-et-Marne, Sénateur de Seine-et-Marne.

La réussite des politiques d’insertion nécessite la coordination et l’implication des acteurs du champ de l’insertion, des entreprises et par extension l’adhésion des bénéficiaires destinataires de ces politiques. Au plan local, la mobilisation des acteurs socio-économiques (les entreprises et leurs représentants) et l’offre d’accompagnement vers l’emploi sont fondamentales, mais il est essentiel qu’elles prennent en compte les réalités des territoires. La Seine-et-Marne est un département où les élus, les employeurs, les acteurs de l’insertion s’emploient à résoudre une équation à deux paramètres. Celui de la mobilité tout d’abord, avec des transports publics inégaux suivant les zones d’habitation, ce qui handicape grandement les possibilités d’accès à l’emploi. Celui de la formation ensuite, notamment pour les post-bacs qui peinent à trouver une offre suffisante à proximité de leur domicile.

FAVORISER LE RAPPROCHEMENT

Par une volonté politique affirmée, exprimée notamment dans le Plan Départemental de l’Insertion, le Conseil général a cherché très tôt à développer des liens renforcés avec le monde de l’entreprise. Deuxième département de France en termes de croissance démographique, la Seine-et-Marne enregistre un taux chômage inférieur à la moyenne nationale. Toutefois, elle subit de plein fouet les effets de la crise et voit le nombre de bénéficiaires des minima sociaux augmenter.

Pour ne pas laisser les bénéficiaires du RSA dans une simple prise en charge sociale, les efforts du département ont porté sur la mise en place d’un réseau spécifique d’associations pour l’accompagnement vers le retour à l’emploi. Sur l’ensemble du département, douze associations accompagnent chaque année vers l’emploi 6 000 personnes, soit 1/3 des bénéficiaires du RSA, grâce à la mobilisation active de référents socioprofessionnels. Ces conseillers ont également pour mission d’orienter les bénéficiaires vers Pôle emploi pour les publics les plus proches de l’emploi ou vers les services sociaux du Conseil général pour les publics les plus éloignés de l’emploi.

Par ailleurs, pour mieux accompagner ces publics vers l’emploi, il est fait appel à une association départementale Initiatives 77. Il lui revient, en concertation avec le département, de mettre en œuvre des actions, en phase avec les besoins et les réalités conjoncturelles pour les bénéficiaires du RSA sous différentes formes : chantiers d’insertion, accompagnement à la création d’entreprise, passerelles avec la région Île-de-France... Parallèlement, le Conseil général a développé une nouvelle stratégie emploi avec les entreprises sur le département avec l’aide du réseau national Cap-parrainage.

DEPLOYER UN RESEAU

« Il était devenu impératif d’amplifier une dynamique de réseau pour développer de nouvelles coopérations entre les entreprises et les acteurs de l’insertion, et ce, afin de mettre en place les conditions de déploiement d’une gestion des emplois et des compétences (GPEC ) territoriale. Il était essentiel de créer des modes de mobilisation qui s’adaptent aux spécificités et à la diversité de nos territoires. En effet, les dispositifs liés à l’emploi ne sont pas mécaniquement transférables » témoigne Vincent Eblé, Président du Conseil général de Seine et Marne. « Pour atteindre cet objectif, il nous paraissait opportun de nous appuyer sur le réseau national Cap-parrainage dans le cadre de notre PDI et de notre pacte territorial. Nous avons décidé de déployer ce réseau sur trois bassins d’emploi -Val d’Europe, Fontainebleau-Avon et Centre-Brie- dans une approche départementale globale, en lien avec les développeurs de projets d’Initiatives 77 pour faire vivre et développer ces réseaux d’entreprises » poursuit-il.

« Les développeurs de projets en charge de l’animation des réseaux de parrainage ont également pour mission de mettre œuvre et de suivre tout projet favorisant la réinsertion des bénéficiaires du RSA. Elles ont acquis une grande polyvalence puisqu’elles travaillent sur la création d’entreprise, les clauses et chantiers d’insertion. Depuis 2007, le lien avec les entreprises développé grâce au parrainage complète la panoplie de leurs outils. Nous savions accompagner les publics, les former, les mettre en situation de travail, mais il nous manquait la relation durable avec les entreprises implantées sur notre territoire. Connaitre leurs métiers, leur mode de recrutement, c’est essentiel pour accélérer le retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA », constate Annabelle Oliveira, Directrice d’Initiatives 77.

CONSTRUIRE UNE RELATION

Cap-parrainage est un réseau national fédérant 700 entreprises de toute taille réparties sur l’ensemble du territoire national, reposant sur 1 250 parrains. Il a pour vocation de renforcer le lien entre le monde de l’économie et de l’insertion. Chaque parrain rencontre deux fois par mois pendant 6 mois maximum un chercheur d’emploi afin de le conseiller et de l’accompagner dans sa recherche. Chaque binôme « parrain-chercheur d’emploi » est unique et original. De ce binôme naît une relation basée sur de vrais échanges qui permettent au parrainé de retrouver une dynamique et de reprendre confiance en lui. Le parrain a une légitimité naturelle pour le conseiller et l’informer sur les techniques de recherche d’emploi et sur la réalité du marché du travail. « En parrainant, notre entreprise contribue localement à l’intégration de chercheurs d’emploi dans la vie économique, les aider à reprendre confiance en eux et à promouvoir efficacement leurs compétences. Nous mettons à leur disposition notre expérience, notre connaissance du secteur, des métiers et des besoins des entreprises tout en les accompagnant dans l’organisation de leur recherche et la préparation de leurs rencontres avec les employeurs », confirme Bérengère Linares, Responsable du personnel de la société Produits du Soleil.

Grâce à sa relation avec le parrain, le chercheur d’emploi franchit de nouveau la porte de l’entreprise. Le regard du parrain sur son Curriculum Vitae, sur ses compétences et sa méthodologie de recherche d’emploi lui apporte un éclairage nouveau légitimé par la parole d’un acteur du monde économique. De la même manière, cet échange privilégié avec le parrain lui permet de reprendre confiance en lui et de s’ouvrir au champ des possibles sur des projets réalisables. Les parrains pour leur part expriment une réelle volonté d’accompagner ces chercheurs d’emploi vers la concrétisation de leur projet professionnel. Ils donnent du temps, de l’énergie et ouvrent parfois leur réseau professionnel et personnel. « Je suis toujours agréablement surprise de l’engagement des parrains et de leur implication à accompagner leur parrainé, toujours très attentif aux conseils prodigués, de leur impatience à aller plus loin dans les dispositifs d’aide au retour à l’emploi. Le parrainage est véritablement une des réponses à l’accompagnement des personnes en recherche active d’emploi ». précise Véronique Marchand, animatrice du parrainage sur le Val d’Europe. « Cette dynamique liée au parrainage permet de créer un lien constant et durable entre les entreprises et les acteurs de l’emploi du territoire. Ce réseau favorise également les échanges entre les entreprises engagées et permet aux chercheurs d’emploi, comme aux partenaires, de découvrir notre bassin d’emploi » poursuit Stéfanie Dubreuil, animatrice du parrainage sur la région de Fontainebleau.

UNE REUSSITE AFFIRMEE

Grâce à la mobilisation conjointe de l’ensemble des acteurs sur les bassins d’emploi, 65 % des bénéficiaires du RSA accompagnés trouvent chaque année, depuis plus de 5 ans, une solution professionnelle durable. « Les résultats obtenus prouvent l’efficacité et la pertinence du parrainage. Aujourd’hui le parrainage crée toutes les interactions nécessaires au développement d’une stratégie emploi départementale réussie pour les bénéficiaires du RSA. » affirme Claude Jamet, Conseiller général, Président d’Initiatives 77. « Cap-parrainage est un réseau qui s’avérait nécessaire sur notre bassin d’emploi assez disparate, urbain sur la franche ouest et rural sur la frange est. Nos partenaires emploi et insertion s’en sont emparés rapidement et orientent régulièrement les bénéficiaires du RSA vers le parrainage. » poursuit Muriel Guichaoua, animatrice parrainage sur le Centre Brie.

Chiffres-clés

100 % des parrainés sont bénéficiaires du RSA, 26 % ont un niveau V, 19 % un niveau IV et 8 % un niveau V Bis, VI • 61 % des parraines sont en recherche d’emploi depuis plus d’un an, dont 19 % depuis plus de 2 ans • 65 % des parrainés ont 35-50 ans, 14 % plus de 50 ans.

Retour