Métiers porteurs, comment trouver les meilleurs profils ? Les 10 clés pour recruter autrement


Métiers porteurs, comment trouver les meilleurs profils ? Les 10 clés pour recruter autrement

« Travailler en mode collaboratif est l’une des solutions pour identifier les candidats adéquats.
Voici dix raisons de rejoindre une démarche territoriale qui a séduit de nombreuses entreprises »


Recherche main d’oeuvre désespérément ! Ils sont directeurs des ressources humaines, responsables du recrutement dans les services, l’industrie, les transports, la logistique, le BTP, le médico-social, la santé... et ils éprouvent des difficultés à trouver des candidats sur des postes en majorité en CDI, pourtant bien rémunérés, et avec de nombreux avantages salariaux à la clé. Leurs entreprises font partie des poids lourds de l’économie, pour ne citer que O2 Home services, DomusVi, Transdev, Le Duff (Brioche Dorée, Del Arte..), GRTgaz, ENGIE Energie Services, Disneyland Paris... et leurs programmes de recrute¬ment sont impressionnants : 5000 postes d’intervenants à domicile en France dont 2200 assistants ménagers, 2000 gardes d’enfants et 800 assistants de vie pour O2, 2000 postes, dont 750 aides-soignants, 400 d’aides hôteliers 60 cuisiniers et 160 infirmières pour DomusVi (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), 2500 postes en CDI, dont 2000 conducteurs, 100 mécaniciens et 200 agents de prévention pour Transdev. 750 collaborateurs pour Brioche Dorée, dont 460 vendeurs-préparateurs et 250 responsables des ventes... Un véritable inventaire à la Prévert.

Mais ces recruteurs ont un avantage concurrentiel dans le monde des secteurs en tension : ils ont pris leur destin en main et ont décidé de rejoindre un groupe de travail national dédié aux métiers porteurs, dans le cadre d’une démarche, Profession Emploi, qui a fait ses preuves en Ile-de-France dans plusieurs départements, la Seine-et-Marne, Paris, les Hauts de Seine... Une méthode pragmatique, en cours de déploiement au plan national, qui consiste à rapprocher l’offre de la demande, et les entreprises qui recrutent avec les prescripteurs de l’emploi et les acteurs de l’orientation et de l’enseignement ! Voici au moins dix bonnes raisons de leur emboiter le pas.

1- JOUER COLLECTIF

Les offres d’emploi non pourvues représentent plus de 350 000 postes selon le ministère du Travail et concernent l’ensemble de l’économie française. C’est en rejoignant un réseau national de professionnels des ressources humaines, en comparant ses pratiques, en réfléchissant ensemble, en bâtissant collectivement un plan d’action, en constituant une task force écoutée des pouvoirs publics, des collectivités territoriales et du service public de l’emploi et de l’orientation que chacun pourra trouver une solution à ses difficultés de recrutement.

2-DOPER SON SOURCING

A côté de Pôle emploi et des 447 missions locales qui accueillent les 16-25 ans, il existe de nombreux acteurs implantés sur les territoires. Individuellement, les entreprises y ont rarement accès, et, pour certaines d’entre elles, n’ont pas connaissance de leur mission d’accompagnement des publics en recherche d’emploi. On citera, par exemple, les 101 départements en charge de l’accompagnement des 1,7 million de bénéficiaires du RSA, les quelque 180 Plie (Plans locaux pluriannuels pour l’insertion et l’emploi) qui suivent individuellement certaines catégories de chercheurs d’emploi, les 220 maisons de l’emploi qui fédèrent l’action des partenaires publics à l’échelle d’un bassin d’emploi, ou encore le réseau Cap Emploi, qui pro¬meut l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap... A ces acteurs incontournables de l’emploi s’ajoutent les 4000 structures, trop souvent méconnues, d’insertion par l’activité économique, qui accompagnent plus de 120 000 bénéficiaires.

Pour s’y retrouver dans ce maillage serré, se faire connaître de tous les prescripteurs de l’emploi, trouver les meilleurs profils et élargir ses sources de recrute¬ment, il est indispensable d’adopter une démarche collective. « La dynamique Profession-emploi nous permet de développer de nouvelles approches en termes de sourcing et de recrutement pour répondre à nos difficultés de recrutement rencontrées sur certains emplois », explique ainsi Hervé Rambaud, le DRG de GRTgaz (3000 salariés). « Nous proposons une palette d’offres d’emploi très variée allant du préparateur-vendeur au responsable de restaurant en passant par le responsable adjoint de fabrication ou le responsable des ventes. Ces métiers s’adressent à tous les publics en recherche d’emploi » souligne Virginie Magrino, responsable ressources humaines région nord Brioche Dorée (groupe Le Duff).

3-COMBATTRE EFFICACEMENT LES PRÉJUGÉS

L’essentiel des métiers porteurs qui rencontrent des difficultés de recrutement sont victimes d’idées reçues. Ces préjugés ne sont pas spécifiques à un secteur d’activité, à une filière, à un métier. Ce n’est qu’au prix d’une réflexion commune que ce collectif de DRH a pu identifier les obstacles à l’embauche et y remédier par une information appropriée. Jessica Cavazza, responsable du pôle Gestion des Carrières et Formation chez DomusVi Domicile pointe en premier lieu un déficit de communication : « le service à la personne, et plus précisément celui dédié au maintien à domicile, est un secteur émergent en pleine croissance qui nécessite un recrutement permanent et dont certains métiers peuvent souffrir d’un manque d’information ayant pour conséquence une image souvent empreinte de certains a priori », souligne-t-elle. « Nous voulons combattre les préjugés non fondés sur les métiers des services à la personne » abonde Jean-François Auclair, DRH de 02.

Comment ? En apportant des réponses argumentées à chaque préjugé et les faisant connaître à travers un guide métiers, grâce à des visites d’entreprises, des interventions dans les réunions d’équipes regroupant les conseillers emploi et d’orientation... Des actions qui ont permis à ces derniers d’avoir une vision transformée de ces métiers et à certains d’entre eux de découvrir notamment qu’ils offrent de vraies perspectives de carrière. « 80 % de ces conseillers considèrent que les échanges lors des visites d’entreprise leur ont ainsi permis de disposer des informations de nature à présenter les métiers aux chercheurs d’emploi et ainsi de lever certains préjugés sur ces métiers. » confirme Annabelle Oliveira, directrice d’Initiatives 77 et animatrice de Profession-emploi pour le Département de Seine-et-Marne.

4-COLLABORER ÉTROITEMENT AVEC LES PRESCRIPTEURS DE L’EMPLOI

L’une des grandes forces du groupe de travail national est sa capacité à être écouté des pouvoirs publics et du service public de l’emploi et de l’orientation. En Seine-et-Marne, c’est en effet le département qui a été le catalyseur et l’animateur de la dynamique Profession-emploi. Près de 450 conseillers emploi et orientation ont été partie prenantes de l’opération. Dans les Hauts-de-Seine, c’est le Réseau des Missions Locales 92 qui anime la démarche. 90 structures de l’emploi, de l’insertion et de l’orientation sont impliquées et travaillent en bonne intelligence avec les employeurs. Ce travail de proximité et cette logique de partenariat s’avèrent indispensables car les prescripteurs connaissent les différents publics de chercheurs d’emploi et sont à même de présenter en nombre des candidats aptes aux postes proposés. « Ce partenariat avec Profession-emploi illustre notre engagement en faveur d’actions innovantes.

Le guide des métiers porteurs Profession-emploi ou les visites d’entreprise ouvertes à l’ensemble des acteurs locaux de l’emploi sont autant d’outils qui permettent de valoriser nos métiers afin d’attirer les talents dont nos établissements ont besoin », indique Céline Fabre, directrice générale adjointe ressources humaines et partenariats de DomusVi, spécialisée dans l’aide aux personnes âgées.

5-MIEUX INFORMER LES PRESCRIPTEURS ET LES CHERCHEURS D’EMPLOI

Les entreprises présentes au sein du groupe de travail sont toutes confrontées à des difficultés de recrute¬ment ; Ensemble, elles ont réfléchi et mis en place de nouveaux moyens et de nouveaux modes de communication, destinés à l’ensemble des prescripteurs concernant leurs offres d’emploi. C’est ainsi qu’est né, outre le journal Profession-emploi, le guide et les fiches métiers porteurs insistant, par exemple, sur les méthodes de recrutement, la formation continue, la pro¬motion interne, la féminisation des métiers...

« Les métiers du transport font partie de ceux qui connaissent une féminisation croissante. Les femmes ont de grandes qualités relationnelles, un très bon sens du service client, une conduite souple et agréable, et nous encourageons vraiment le développement de la part des femmes, à tous les niveaux. Lors des visites d’entreprise, les acteurs de l’emploi sont, en effet, surpris de constater que Transdev n’offre pas seulement des opportunités d’emploi dans la conduite de véhicules (chauffeurs-receveurs), mais aussi dans la maintenance (carrosserie, électricité), ou sur des postes d’agents d’accueil et d’ambiance. », indique Isabelle Jouvet-Nugue, DRH France de Transdev.

6-DISPOSER DES MEILLEURS OUTILS DE FORMATION ET DE RECRUTEMENT

Faire partie du groupe de travail Profession Emploi permet de se repérer parmi les nombreux dispositifs favorisant l’insertion professionnelle et l’accès à la formation des chercheurs d’emploi, à commencer par la multitude de contrats aidés, tels les emplois d’avenir, les formations en alternance (contrat de professionnalisation, contrat d’apprentissage) et les passerelles vers l’emploi comme la Préparation opérationnelle à l’emploi. Des dispositifs qui peuvent être complétés par des initiatives locales. En Seine-et-Marne, le Département et Initiatives 77, association chargée de l’insertion des bénéficiaires du RSA, ont pu, dans le cadre de l’opération Profession emploi, mettre en oeuvre des passerelles entreprises avec DomusVi pour former des assistants(e)s de vie et avec 02 dans le domaine de l’aide à la personne. Chez un autre recruteur très actif sur le marché du travail, le groupe Le Duff, ce sont les restaurants École qui sont à l’honneur. « Dans un groupe comme le nôtre où 60% de l’encadrement est issu de la promotion interne, nous attachons une extrême importance à l’évolution professionnelle de nos collaborateurs. Les parcours de professionnalisation que notre centre de formation interne est habilité à mettre en oeuvre sont parmi les outils privilégiés pour le développement des qualifications », souligne Grégory Bernus, DRH restauration rapide du groupe Le Duff.

7-OPTIMISER SON IMAGE EMPLOYEUR

Favoriser la mixité des recrutements, lutter contre les discriminations à l’embauche liées à des origines géographiques, ethniques, religieuses, éducatives, sexuelles ou liées un handicap, encourager la formation tout au long de la vie professionnelle, accentuer la promotion interne, sont des marqueurs d’une démarche citoyenne. Au travers des actions qu’elle déploie, Profession Emploi met en valeur les bonnes pratiques, les initiatives innovantes, les valeurs des entreprises partenaires du groupe de travail national. Cet éclairage concerne autant les partenaires extérieurs à l’entreprise, collectivités, acteurs publics de l’emploi, de l’orientation, opinion publique, que ses collaborateurs en interne. Car ces derniers sont appelés à accueillir localement les prescripteurs de l’emploi, à intervenir lors de réunions d’équipes, ou à encadrer des chercheurs d’emploi en parcours d’immersion ou de formation. Nombre d’entreprises ont rejoint le groupe national parce que la démarche Profession Emploi est en phase avec leurs valeurs.

8-APPUYER LES RH AU NIVEAU LOCAL

Profession emploi constitue une opportunité pour les entreprises partenaires d’améliorer leurs process RH. C’est en effet l’occasion pour elles de s’associer à la mise en place de véritables plateformes régionales permettant à leurs services ressources humaines et leurs directeurs d’établissement de bénéficier d’une offre de services à la carte déployée par le siège. Les entreprises disposent d’un interlocuteur unique en charge de la mobilisation locale de tous les prescripteurs de l’emploi et d’un espace d’échanges organisés via un comité territorial regroupant l’ensemble des acteurs de l’emploi et de l’orientation. Elles bénéficient également d’un plan d’action comportant des visites d’entreprise, des interventions auprès des prescripteurs, stages de découverte des métiers, parcours de formation pour diversifier les recrutements, sessions de pré-sélection de candidats par les prescripteurs en amont d’un recrutement... Sans oublier les outils d’information validés par leur groupe (guide et fiche métiers porteurs, fiches visites d’entreprise, journal Profession-emploi...) pour faciliter les recrutements et répondre à leurs difficultés d’embauches.

9-CONTRIBUER À UNE DYNAMIQUE TERRITORIALE

Les entreprises du groupe de travail Profession-emploi contribuent à créer une dynamique qui a vocation à perdurer au profit des territoires, de ses acteurs et des chercheurs d’emploi. « Disneyland Paris compte plus de 14 000 salariés exerçant près de 500 métiers différents. Premier employeur privé de Seine-et-Marne, l’entreprise contribue de façon significative au développement économique de son territoire d’accueil : son activité génère en effet 56 000 emplois directs et indirects en France », rappelle Daniel Dreux, vice-président ressources humaines de Disneyland Paris. Les chartes d’engagement Métiers porteurs, signées par tous les acteurs d’un même bassin d’emploi, comportent beaucoup d’effets induits : échange de bonnes pratiques, relations bilatérales et durables entre entreprises et structures dédiées à l’emploi, meilleure appréhension de la réalité des métiers par les prescripteurs et meilleure connaissance du service public de l’emploi, de la formation et de l’orientation pour les entreprises, recours au marché de l’emploi local et diversification des recrutements, entre autres.

10-ENRICHIR SES PRATIQUES DE RECRUTEMENT

Profession Emploi permet aux entreprises en quête de candidats à l’embauche d’avoir de vrais échanges avec les prescripteurs au plan local. Elle renseigne, par effet miroir, les candidats sur les pratiques de recrutement en vigueur dans les entreprises. Les acteurs publics peuvent faire part aux entreprises qui recrutent des prérequis nécessaires pour embaucher certains types de publics ou les freins qui peuvent jouer en raison d’un manque de mobilité. Les échanges ainsi noués entre recruteurs et prescripteurs se concrétisent par diverses actions : mise en place de modules d’intégration personnalisés des nouveaux arrivants encadrés par un tuteur, de modules de découverte des métiers porteurs pour susciter des vocations, de parcours de formation sur mesure pour diversifier les recrutements. La mise en place d’outils de reporting afin d’assurer un véritable suivi des candidatures est également un élément déterminant dans le développement d’un partenariat étroit avec les prescripteurs de l’emploi.

Retour